• Rendez-vous en quartier inconnu

    Le premier week-end bordelais est consacré à la découverte d'un quartier par chaque binôme. Mathieu et moi-même avons hérité du quartier de la Victoire. Pour vous situer correctement je préfère laisser parler l'image. Voilà le quartier qui nous était assigné.

     

    Rendez-vous en quartier inconnu

    Vous pouvez voir qu'il s'agit donc de la partie sud de Bordeaux. On a coutume de dire que le centre ville se termine place de la Victoire. On s'attendait donc à naviguer dans un grand espace résidentiel. On n'a pas été déçu à ce niveau là. La superficie du quartier étant grande, on a décidé de partir sur le terrain vendredi soir (je l'ai vaguement évoqué) sans idée précise de ce qu'on voulait faire. A vrai dire, on a un peu erré sur quelques rues du quartier jusqu'à tomber sur une salle de musique près du cours Maréchal Juin, l'Irem. On a pu parler avec un prof de musique et le gestionnaire de cette ancienne association aujourd'hui habilitée à délivrer des diplomes aux musiciens et aux techniciens. 
    Le premier contact était bon, mais nous nous séparons avec Mathieu vers 19h avec de grosses interrogations. Comment traiter ce quartier ? Qu'est ce qui en fait sa spécificité ? Qu'est ce que les gens ont envie de savoir ? Que doivent-ils retenir ? Autant de questions auxquelles nous n'avons aucune réponse. On se donne rdv pour le lendemain 10h afin de passer le quartier au peigne-fin.

    Samedi matin. Je descends l'interminable (et très bondée) rue Sainte Catherine (1.3 km) qui sépare mon logement du quartier de la Victoire. Je vais chez Mathieu pour brainstormer et mettre sur papier nos attentes, nos recherches. On se concentre autour de plusieurs points : la mutation de la place de la Victoire au cours de l'Histoire, l'immigration (notamment espagnole) dans les faubourgs sud et la vision des habitants et commerçants de leur quartier.
    On travaille aussi sur la forme de notre exposé. On est tout de suite d'accord pour dire qu'un exposé dans une forme basique ne nous convient pas. On veut innover. On ne sait pas encore que ca nous coutera des heures de sommeil !!

    L'exercice demande également plusieurs prises de vue photographiques du quartier, d'un monument, d'une personne, de détails qui nous ont marqués ... Impossible d'éviter la grande colonne sur la place de la Victoire et la porte d'Aquitaine. La colonne a été érigée en 2005 par un sculpteur tchèque. Elle est ornée de pleins de petits détails qui rappellent la vigne et le vin. Les deux tortues placées au pied de celle-ci sont la "signature" du sculpteur et ont la même fonction d'hommage à la capitale viticole. 

    Rendez-vous en quartier inconnu
    La porte d'Aquitaine marquant l'entrée sur la place de la Victoire

    Rendez-vous en quartier inconnu
    © Office de Tourisme de Bordeaux /F.POINCET

    Partis le long du cours de la Somme qui prolonge la rue Sainte-Catherine, on découvre un bar espagnol tenu par Luis Sanchez. Il nous raconte les différentes vagues de  l'immigration espagnole dans le quartier Victoire / Nansouty  dans les années 50 à 70. C'est super intéressant et enrichissant. Il nous parle avec passion de son envie de fuir l'Espagne pour trouver du travail et son arrivée incongrue à Bordeaux par l'invitation d'un inconnu dans le train en 1963.

    Les accents chantants de l'Espagne s'évaporent vite quand on continue notre parcours. D'un coup, les rues sont très calmes, trop calmes. On est pourtant samedi après-midi. Les quelques résidents nous expliquent que le tram est à l'origine de cette désertification des commerces de certains endroits. Il a "centro-centré" la ville de Bordeaux. Les gens préférent gagner la ville rapidement par le tram pour aller faire des emplettes et revenir facilement dans leurs quartiers résidentiels, loin du tumulte du centre-ville. C'est le cas pour les fameuses "barrières" d'habitation qu'on trouve aux intersections des grands cours. 
    Seul le match de football des Girondins (tombé opportunément quand on passait vers Chaban Delmas dimanche vers 14h) vient troubler la vie paisible de certaines rues à l'accoutumée désertes.

    Rendez-vous en quartier inconnu

    Notre "road-trip" s'achève par un retour place de la Victoire. Nous passons dans une rue pleine de petites épiceries où l'on rencontre Sofiane, jeune épicier d'une trentaine d'années. A peine le temps de poser quelques questions sur son environnement de travail qu'il part dans une tribune contre un arrêté préfectoral l'obligeant à fermer son commerce à 22h. En vérité, il s'agit d'un moyen trouvé par la municipalité et la prefecture pour eviter les ventes anarchiques d'alcool à bas coût afin de lutter contre les noyades de personnes ivres dans la Garonne. L'opportunité d'une telle mesure pourra toujours se discuter, comme la question de sa proportionnalité. En attendant, l'alcool coule à flots quelques centaines de mètres plus loin sur la place de la Victoire où les bars sont nombreux.

    Le temps de boire un verre sur notre terrain de jeu samedi soir et de revenir dessus pour un "complément d'enquête" dimanche matin, qu'il fallait se mettre à rédiger tout ça. Notre idée était de mettre de la vie dans notre présentation. On a donc choisi la forme d'un reportage TV en mode "Rendez-vous en terre inconnue". En amélioré ça donne, vous l'aurez compris avec le titre de l'article, "Rendez-vous en quartier inconnu". La saynette dure une quinzaine de minutes où le présentateur que je suis échange avec le reporter sur le terrain (Mathieu). 
    En grands perfectionnistes que nous sommes, nous avons mis plus de 5h à tout rédiger, mais cela en vallait la peine. La promo a apprécié, a suivi, a compris notre message. La prof aussi. Mais on s'est surtout fait plaisir à passer 2 jours sur le terrain, à se casser la tête à trouver le contenu et la forme. Et c'était bien ça l'essentiel.

     

    Dans le reste des exposés (plus classiques mais non moins intéressants), chaque binome nous a fait découvrir son quartier. S'il serait assez rébarbatif et inutile de tout lister, je donne juste mon impression sur Bordeaux "post reportages". On a l'impression d'une ville qui s'est dynamisée en 10-15 ans grâce à l'action de la municipalité pour mettre en valeur le centre-ville. L'arrivée du tram a dynamisé ce dernier d'une façon incroyable, mais a contribué à faire de certains quartiers alentours des zones résidentielles uniquement. J'ai eu l'impression d'une ville assez "cloisonnée" entre ses multiples quartiers. Ainsi, l'expression "un village dans la ville" pour définir un quartier est-elle revenue très souvent. L'impression d'une ville bourgeoise peut s'avérer juste si l'on s'arrête sur certains quartiers un peu huppés mais dans l'ensemble, Bordeaux est une ville marquée par la diversité de ses habitants, les quartiers populaires comme St Michel, Nansouty ou la Gare en sont les meilleurs témoins. Malheureusement, on cherche à réhabiliter ceux-ci pour en faire des zones plus asceptisées, moins populos. La tentation d'avoir une ville très (trop ?) lisse est visible. Le classement de la ville à l'Unesco n'est peut-être pas étranger à celà.
    Bordeaux semble en tout cas une ville active, dynamique et dans laquelle il fait bon vivre. Une ville claire, ouverte et plutôt belle (même si c'est subjectif). Ces reportages ont permis de faire plus ample connaissance avec notre terrain de jeu pour les deux prochaines années. Les bases sont lancées ! 

    Je termine mon article sur une photo qui m'a marquée parmi tous les exposés, c'est celle de la rue Sainte-Catherine un samedi après-midi. Du monde à perte de vue sur près d'1,5km.

    Rendez-vous en quartier inconnu

    Prochain article dans le courant de la semaine pro sur mes deux premières semaines de cours. Enfin !

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Pierre :)
    Samedi 6 Octobre 2012 à 13:22

    Y'a pas à dire, ça donne envie de venir visiter. Bon boulot mon Max, à quand l'upload du petit reportage ?

    2
    jerome42 Profil de jerome42
    Samedi 6 Octobre 2012 à 14:13

    Bordeaux est donc entrain de devenir aussi lisse que Juppé ??? ça promet ^^
    En tout cas j'ai bien envie de voir ton repportage ! super article !

    3
    -Dorine- Profil de -Dorine-
    Samedi 6 Octobre 2012 à 18:01

    Wow la dernière image est percutante !! Faut pas être agoraphobe ^^'
    Ton travail est très intéressant, en effet il serait bien qu'on puisse avoir accès à ton reportage !

    Par contre je ne comprends pas pourquoi tu dis que certains des quartiers résidentiels sont comme des villages dans la ville...puisque justement il n'y a plus aucune activité commerciale..? Peut-être que ma compréhension est erronnée et que j'ai fait un raccourci, mais ce passage m'a paru bizarre !

    4
    IJBA Profil de IJBA
    Samedi 6 Octobre 2012 à 19:17

    Le côté "village dans la ville" vient du fait que certains quartiers sont très cloisonnés et disposent d'une certaine "vie de quartier" alimentée par des commerces de proximité vitaux (tabac, boucher, boulanger). Mais cette vision des gens se révèle pas erronée mais inexacte dans le sens où tout se trouve en centre-ville. Avoir quelques commerces de prox + un marché + un docteur ne fait pas selon moi d'un quartier "un village dans la ville"

    On m'a dit cela pour un bout du quartier qu'on traitait qui s'appelle Nansouty et qui est très marqué par une immigration espagnole et portugaise. Cela est faux ailleurs où effectivement le petit commerce a tendance à disparaitre. Par contre dans les autres exposés, on a beaucoup entendu cette expression sans que je puisse vérifier son exactitude.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :