• BKL suite et (presque) fin

    Une fois de plus je n'ai pas tenu ma promesse. Je voulais écrire pendant le séjour pour tenter de donner l'évolution sur place, mais ce qui devait arriver arriva : j'ai été pris par le temps. 

    Les premiers jours ont été calmes, je l'ai dit. Tout a commencé à s'accélerer pendant le week end. Les profs nous ont d'abord annoncé que nous devions traiter un sujet individuellement, à finir sur Bordeaux lors de la post production. Après maintes recherches, j'ai fini par trouver une vague idée de sujet. J'ai utilisé le samedi pour tenter de réaliser ce reportage. Mais faut bien avouer que partir seul en interview dans une langue qui n'est pas la vôtre, c'est pas toujours simple. C'est même souvent dur. Il faut aussi savoir que Birmingham se distingue par un accent très prononcé et très difficile à comprendre pour le non-initié. On n'a malheureusement pas assez travaillé sur cette donnée en amont. 

    L'autre projet qui a contribué à stimuler mon week end est l'émission de radio réalisée depuis Birmingham pour la radio extérieure d'Espagne, diffusée dans les pays francophones (oui, faut s'accrocher sur celle là !). En gros, l'idée était de faire découvrir la ville et quelques aspects de sa culture par plusieurs sujets réalisés en amont et mis en valeur par deux présentateurs en direct. L'émission a eu lieu lundi, et tous les sujets devaient être terminés la veille au soir. Premier problème quand on voit le peu de temps qu'on a eu pour réaliser ça. Lundi à midi, tout était bouclé. Les répétitions pouvaient commencer. Second problème, la ligne nous permettant de nous relier à l'Espagne n'a jamais voulu fonctionner. Résultat, l'émission a été faite par téléphone portable, avec une qualité forcément moindre. Mais dans la difficulté, nos présentateurs ont réalisé un super boulot.
    Réécoutable ici ==> http://www.rtve.es/alacarta/audios/programa/emission-francais-birmingham-nous-fut-contee/1828974/

    Il ne restait donc plus qu'un jour et demi à l'issue du montage radio. L'occasion de repartir en express sur un reportage l'après midi et de peaufiner le dernier jour, le lendemain. Ce mardi a vraiment été une course contre la montre en ce qui me concerne. Le matin, j'ai dû retravailler mon sujet individuel, repartir en interview. En début d'après midi, il a fallu partir en train hors du centre pour un sujet vidéo et le soir pour terminer, une ultime interview.  Avec un départ mercredi à 5h, il m'en fallait pas plus.

    Bon, au final, quoi penser de Birmingham me direz-vous ? On m'avait vendu du multiculturalisme, j'en ai eu. On m'avait parlé de culture, de cultures même, j'ai vu tout ça. Mais c'est frustrant de rester si peu au final. On aimerait mieux en savoir sur les sujets des autres, pouvoir en parler ensemble autour d'une vraie conf de rédac, constructive. Malheureusement, le peu de temps sur place oblige à des conf de rédac peu constructives collectivement, c'est dommage finalement. J'ai donc une vision très parcellaire de Birmingham, mais j'ai trouvé dans le centre un contraste étonnant dans l'architecture, où le vieux cotoie le neuf, où les communautés se croisent sans réellement vivre ensembles. Ville étonnante, bruyante en son centre et avec une périphérie très étendue et plus calme. Peut-être que j'y retournerai jamais et je regrette n'en avoir vu qu'une si petite partie. Frustration du touriste mais aussi du journaliste. En une semaine, il est dur de s'approprier une ville, de partir en reportage surtout pas dans sa langue. On a certainement eu un probleme de compréhension avec l'équipe pédagogique sur le contenu de ce mot "Kultur". Qu'est ce qui en fait partie, qu'est ce qui n'en est pas ? J'ai l'impression qu'on nous a beaucoup laissé voir ce que ça donnerait sur place. Au risque de se planter, logiquement.

    Maintenant, commence le travail de post-production (voilà pourquoi j'ai écrit "presque" dans le titrre). Il faut écrire, monter, couper, trier, légender tout ce qu'on a rapporté de Birmingham. 10 jours pendant lesquels les différentes plateformes vont être alimentées à foison, on l'espère. 10 jours qui feront de BKL4 une réussite ou un fiasco. Et vous pourrez bien entendu nous suivre sur tous les liens que j'ai partagés la dernière fois.

    Sur ce BKL se termine la première année d'IJBA. Déjà ! Je réécrirai une ultime fois pour un bilan de la post-prod de BKL et pour un bilan "à mi-étape" donc puisque 50% de l'IJBA a été fait. Pendant 4 mois, le blog ne sera donc plus trop alimenté puisque nous serons tous en stages jusqu'en octobre.  L'an prochain, j'essaierai de faire en sorte que ce blog ne soit une oeuvre individuelle mais collective. Je voudrais une personne de chaque spécialité que propose l'IJBA pour raconter sa 2ème année. Le projet est en cours.

    Sinon, pour finir, je souhaite bonne chance à tous ceux qui passeront le concours de l'IJBA aujourd'hui. Surtout soyez concis, clair, précis et originaux. Ca sera déjà super ! Et peut-être à l'année prochaine donc pour les 36 prochains chanceux !


  • Commentaires

    1
    Romain Gary
    Dimanche 9 Juin 2013 à 12:08

    Beaucoup de prétention... Et peu de contenu.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    IJBA Profil de IJBA
    Mardi 11 Juin 2013 à 11:35

    Prétention je crois pas. On n'a jamais eu la prétention de dire qu'on ferait quelque chose de fantastique. Je pense qu'on a prévu énormément de sujets, que certains sont tombés à l'eau, que d'autres ont été trouvés sur le moment ... ça fait partie des aléas du journalisme.
    On a fini par publier beaucoup finalement ! Je ferai un (petit) article sur la post prod !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :